Résumé de la thèse présentée par Manuel PLISSON

Assurabilité et Développement de l’assurance dépendance

Université Paris Dauphine

 

L'assurance dépendance des personnes âgées constitue en France et dans de nombreux autres pays développés (Etats-Unis, Espagne, etc…) une énigme. Pourquoi le marché de l'assurance dépendance ne se développe pas davantage alors que la dépendance représente un risque financier très important pour les personnes âgées et que l'aide publique est dans la plupart des pays très insuffisante ? Cette thèse propose une étude originale du marché de la dépendance et apporte une réponse nouvelle à cette énigme. Elle étudie si le rationnement du marché s'explique par des raisons liées au fonctionnement des marchés (explications le plus souvent retenues par la littérature) ou si cet équilibre sous optimal découle de raisons plus institutionnelles. Cette recherche aboutie à 4 résultats.

Dans une première partie, elle montre, à partir de données originales, qu'il est possible de repousser la frontière de l'assurabilité sur le risque dépendance notamment sur la prise en charge à domicile.

Dans une seconde partie, elle montre que les préférences individuelles peuvent pousser certains agents à ne pas s'assurer et ceci pour au moins deux raisons:

soit parce que le produit proposé n'est pas un produit de pleine assurance ;

soit parce que leur état de santé effectif ou anticipé a un effet très fort sur la valorisation de leur richesse.

Nous disposons également d'un portefeuille d'individus assurés. Les résultats obtenus à partir de ces données inédites en France indiquent que le contrat dépendance a vocation à devenir un produit de masse, particulièrement apprécié des classes populaires et moyennes.

Enfin dans une troisième partie, les tests standards concluent à partir de nos données à une absence d'antisélection sur le marché français de l'assurance dépendance. Cette absence d'antisélection pourrait s'expliquer par des phénomènes de compensation.

A partir de ces quatre résultats, nous pouvons avancer que le faible développement du marché français de l'assurance dépendance ne s'explique pas par une défaillance de marché dans la couverture de ce risque mais par des raisons plus contextuelles et institutionnelles (critères d'allocation de l'aide publique, fiscalité désavantageuse par rapport aux contrats d'assurance, etc..). Cependant, une partie de la population, en raison de ses préférences, continuera rationnellement à ne pas s'assurer.

JEL Classification : H0 ; G22 ; I11 ; J14

Mots clés : dépendance des personnes âgées, assurabilité, demande d'assurance, asymétrie d'information, effet de sélection, antisélection

 

 

Résumé de la thèse présentée par Salah-Eddine BENJELLOUN

Une première évaluation des réformes des retraites au Maroc 


Université Paris Dauphine

 

Les principaux régimes marocains de retraite fonctionnent essentiellement en répartition, et sont donc fondés sur la solidarité intra et intergénérationnelle. Une telle logique devrait souffrir de la baisse de fécondité et de l’allongement de l’espérance de vie, facteurs démographiques accentuant le vieillissement de la population. Des facteurs socio-économiques contribueraient à aggraver la crise financière des régimes : augmentation de l’âge d’entrée dans la vie active, diminution continue de l’âge de départ à la retraite, faible progression des salaires et taux de chômage relativement élevé. Ces évolutions contraignent les pouvoirs publics à adapter les régimes de retraites afin de réduire, sinon d’éviter, l’accentuation prévisible de leurs déséquilibres financiers, tout en s’efforçant de réaliser les objectifs assignés aux systèmes de retraite.

Les réformes (paramétriques) engagées visaient essentiellement, soit la réduction des dépenses d’allocations par une baisse du rendement technique des régimes, soit l’augmentation des ressources par une hausse progressive des taux de cotisation et/ou une consolidation des fonds de réserve. L’objectif étant de faire face aux déséquilibres financiers à venir. Le débat sur la réforme des retraites s’est donc focalisé sur la viabilité financière à long terme des régimes, mettant en exergue des notions d’ « horizon de viabilité » et de « dette implicite » pour justifier l’urgence d’engager la réforme.

Cependant, l’évaluation des effets des réformes intervenues sur les situations individuelles des retraités, l’analyse des finalités des régimes de retraite et les aspects liés aux inégalités et à la pauvreté des retraités sont relégués au second plan, voire ignorés.

Or, les réformes de systèmes de retraite induisent des répercussions, en termes d’effets redistributifs, dans une perspective triple : intertemporelle, portant sur le cycle de vie de l’affilié au régime ; intragénérationnelle, qui concerne les affiliés d’une même génération et intergénérationnelle, impliquant des affiliés de différentes générations.

La thèse présente, à l’aide de profils types de carrières salariales réellement observées, une évaluation de l’impact des réformes engagées sur les situations individuelles des retraités et une simulation des options de réforme projetées. La construction de ces profils types s’inscrit dans la lignée des travaux récents de modélisation par profils types en considérant des carrières salariales effectivement observées, à partir d’échantillons représentatifs des secteurs public et privé identifiés par des méthodes d’analyse de données. A cet effet, un outil de projection et d’évaluation a été développé dans le cadre de cette recherche1 à partir de la modélisation des principaux régimes marocains de retraite : ASTROLABE (Analyse, Simulation et Traitement des Retraites fondés sur des Options de réformes à l’aide d’un Logiciel Actuariel Benchmarké). Nous avons retenu une approche financière en optant pour le rendement actuariel de l’opération retraite (le taux de rendement actuariel est calculé selon une logique assurantielle prenant en compte le risque viager ex ante) et autres indicateurs du niveau de vie des retraités. Le recours aux courbes de Lorenz nous permet d’appréhender le caractère inégalitaire des distributions de revenus dans le temps.

L’analyse porte sur des échantillons représentatifs des affiliés aux quatre principaux régimes. Ces échantillons fournissent des carrières salariales individuelles, réellement observées pour de nombreuses générations. Les effets des réformes sont donc appréhendés à trois niveaux :

Individuel – La projection des carrières salariales individuelles et la simulation des différents changements de législations permettent d’appréhender au niveau de chaque affilié les répercussions des réformes en termes de niveau de pension, de taux de remplacement du dernier salaire et de rendement actuariel de l’opération retraite ;

Intragénérationnel – L’évaluation permet d’analyser la distribution du taux de remplacement du dernier salaire et du taux de rendement actuariel pour les affiliés de la même génération, répartis en groupes homogènes par une analyse de classification prenant en compte les caractéristiques de leurs carrières salariales. Les courbes de Lorenz sont élaborées, par génération étudiée, pour les salaires et pour les pensions ;

Intergénérationnel – L’évaluation des effets des réformes s’inscrit dans une optique prospective en considérant des générations futures de retraités.

Les conséquences des réformes intervenues ou envisagées en termes de redistribution, progressive ou régressive, apparaissent ainsi. Elles éclairent la question de l’équité, gage du consensus nécessaire pour l’adoption des réformes, et de la solidarité envers les salariés connaissant la précarité ou la pénibilité. 

Prix 2012 Prix 2010